Rechercher
  • Ekilibre & Vous

Et si l'épidémie nous permettait de nous retrouver?

Depuis que le Covid-19 a pris possession de l'Europe, on ne lit plus que ça dans la presse: qu'en est-il de sa progression, comment cela se passe dans les magasins en termes de stock, comment les gens vivent-ils le confinement et je passe.


Il y a aussi les articles pseudo-scientifiques - c'est d'ailleurs très étrange mais il me semble que les scientifiques sont de plus en plus nombreux, surtout sur les réseaux sociaux - avec certains vrais scientifiques (vs les faux qu'on rencontre sur les réseaux sociaux) qui essaient de tirer leur épingle du jeu (encore un fameux problème d'ego... ), et aujourd'hui je tombe sur un article qui relaie le fait que les grands rendez-vous festifs s'annulent les uns après les autres...


Et là, ça me rappelle ce que Luc Bigé évoque dans son "Petit dictionnaire en langue des oiseaux". Il y indique que "(...) l'amusement libère le coeur et l'esprit des contraintes imposées à l'homme par la société et par la nature. Grâce au jeu,

l'être humain cherche "sa muse" et "s'ame-use", il sonde son inspiration et l'usage de son âme. A moins, bien sûr que ce ne soit l'inverse lorsque le jeu devient trop sérieux et remplace, pour le joueur trop accroché, le vrai monde. Dans ce cas, s'amuser devient l'action de "s'âme-user", de perdre son âme. (...)"






N'étions-nous pas arrivés à un point de non retour avec tout cet "amusement" qu'on ne cessait de nous proposer? Il suffit de voir quand ceux-ci ont été interdits dans notre pays comme certains se sont pressés dans nos pays voisins pour encore en profiter...


Est-ce que le jeu n'était pas devenu trop sérieux? Est-ce que le vrai monde existait encore pour nous?


Outre les bienfaits que ça apporte à la planète, ce confinement imposé ne permettrait-il pas à certains d'entre nous de nous reconnecter au vrai monde et d'arrêter d'user ou même de perdre notre âme?


Je reste convaincue que tant qu'une vraie prise de conscience collective n'aura pas lieu, le confinement continuera.


Prenons conscience que comme l'a indiqué Boris Cyrulnik dans une interview, ceux qui se sortiront de cette crise (donc, en gros, ceux qui n'en mourront pas) seront des SURVIVANTS. Un changement de culture sera, alors, inévitable.


Etes-vous prêts à changer? A respecter le fait d'être un survivant? Ou allez-vous retomber dans tous vos travers?


Je ne cesse de m'offusquer quand je vois les personnes s'inquiéter pour l'avenir scolaire de leurs enfants ou encore pour leurs conditions physiques... ceux qui s'interrogent déjà sur l'avenir économique de notre pays... Ceux qui rêvent à leurs futures vacances (en avion, s'il vous plaît et le plus loin possible)... et je n'ai pas évoqué ceux qui ne comprennent pas le mot confinement... ceux-là, tout à coup, ont besoin d'aller dehors alors qu'en temps normal c'est télé, smartphone ou tablette... (cherchez l'erreur)


Vous, comme vos enfants, ferez peut-être partie des survivants... et peut-être pas! Alors, ne pensez-vous pas qu'il conviendrait de changer cette manière de penser déjà maintenant?


L'Univers nous a donné une chance énorme pour changer ce monde qui était devenu fou, allez vous saisir votre chance?



Sur ce, portez-vous bien!


Sylvie






24 vues

 

Contactez-nous:

0479/95 93 99
sylvie@ekilibre-et-vous.be