top of page
  • Photo du rédacteurSylvie

Et si nous surmontions nos peurs ?

La peur, cette émotion primitive qui nous étreint lorsqu'un danger se profile à l'horizon... Elle est ancrée en nous, elle nous pousse à nous méfier, à rester sur nos gardes. Nous avons peur de l'avenir, peur de grossir, peur de vieillir, peur de perdre un être cher, peur de ne pas réussir notre vie, peur de nous balader seul(e) le soir,... il nous arrive même d'avoir peur d'avoir peur!



Mais elle vient d'où cette peur?


Le but premier de la peur est de gérer notre survie, de nous sauver d'une menace imminente.


Lorsque nos ancêtres erraient dans des territoires hostiles, la peur était vitale. Elle leur permettait de reconnaître les signes précurseurs d'un danger et de réagir rapidement. Face à un prédateur ou à un danger de la nature, la peur les maintenait en état d'alerte. Elle était leur alliée, leur protectrice.



Sans elle, l'humanité n'aurait peut-être pas survécu à travers autant de siècles?


La peur est-elle encore utile dans notre monde moderne?


Avec l'évolution de nos sociétés, la peur s'est transformée. Elle dépasse désormais les frontières du concret pour envahir notre esprit dans des situations bien moins menaçantes. Elle se nourrit de nos doutes, de nos angoisses, prenant racine dans l'imaginaire collectif. La peur est désormais aussi instrumentalisée, manipulée, utilisée pour manipuler les foules.


La peur, lorsqu'elle est attisée de manière délibérée, a le pouvoir de diviser, de créer des tensions, de semer la méfiance. Elle peut entraîner des réactions démesurées, engendrer la haine et la violence. Les médias, les discours politiques, les réseaux sociaux sont autant de canaux qui exploitent notre peur, éveillent nos instincts les plus primaires et nous éloignent de notre humanité.





Quel est l'effet de la peur sur nous?


La peur, lorsqu'elle nous submerge, perturbe notre jugement, nous affaiblit. Elle nous pousse à fermer les portes, à ériger des barrières, pour nous préserver de toute menace prétendue. Mais en agissant ainsi, nous nous isolons, nous nous refermons sur nous-mêmes, nous stagnons dans notre zone de confort. La peur nous enferme dans une prison invisible dont nous devenons les gardiens.


Mais alors que faire avec cette peur?


Certes, la peur peut parfois nous avertir d'un véritable danger. Cependant, il est essentiel de ne pas la laisser nous dominer, de ne pas la laisser envahir notre existence. Nous devons apprendre à distinguer la peur utile de celle qui ne l'est pas. Nous devons cultiver notre discernement, affronter nos craintes irrationnelles, et ne pas laisser la peur conditionner nos choix et nos actions.


Alors, osons dépasser nos craintes, osons aller vers l'inconnu. La peur n'est qu'une des nombreuses émotions qui composent notre palette sentimentale, elle ne doit pas prendre le contrôle de nos vies. Apprenons à l'apprivoiser, à la dompter, pour que notre existence ne soit plus gouvernée par elle. Car en fin de compte, la vie n'est pas faite pour être vécue dans la peur, mais dans l'épanouissement de notre être tout entier.



bottom of page